La noyade sèche : mythe ou réalité ?

Avec la saison estivale, reviens le temps des baignades et avec elles les craintes liées à la « noyade sèche »

a63cd9e38964634741a5a3fe89055308_XL.jpg

L’expression « noyade sèche » décrirait, selon des articles non scientifiques que l’on peut trouver sur Internet, une forme d’asphyxie qui surviendrait chez des enfants ayant inhalé de l’eau lors d’une baignade, et ce jusqu'à plusieurs semaines après que celle-ci ait eu lieu

En réalité, ce terme n’est utilisé qu’en Médecine légale pour définir des asphyxies survenues lors de noyades pendant lesquelles un spasme du larynx empêche les poumons de se remplir d’eau

Aucune donnée scientifique ne prouve l’existence du syndrome de la noyade sèche. La noyade se définit, selon L’Organisation mondiale de la Santé, comme une insuffisance respiratoire résultant d'une submersion ou immersion en milieu liquide. Celle-ci peut être fatale ou non-fatale, mais implique toujours la survenue d’une asphyxie, soit, un arrêt de la circulation d’oxygène dans le corps. Le fait d’avaler de l’eau et de tousser ne constitue pas un risque de noyade ou d’asphyxie

Surveillances et évaluation après l’inhalation de liquide lors d’une baignade 

Lorsque votre enfant inhale ou avale de l’eau, observez :

  • La survenue d’une gêne respiratoire, un son inhabituel, une accumulation de mucus dans la bouche
  • Une coloration bleutée/pâle des lèvres, ongles…
  • Une réponse absente ou plus lente à la stimulation, un état de conscience non habituel

Il est normal que l’enfant tousse, mais la toux devrait être brève et il ne devrait plus présenter de gêne rapidement : nul besoin de consulter dans ce cas

  • Lorsque des signes de noyades avec asphyxie et donc interruption ou gêne de la respiration sont avérés, que l’enfant ne répond pas ou peu à la stimulation et/ou que sa couleur de peau est inhabituelle, une observation médicale est recommandée même si les symptômes disparaissent après l’événement. 

En cas de noyade, appelez le 144

L’existence de la noyade sèche n’est corroborée par aucune étude scientifique ce qui suggère une information fausse ou inexacte permettant de confondre des causes distinctes avec ce syndrome

La prévention est le principal allié de votre été :

  • Surveillez systématiquement les enfants même dans les piscines peu profondes (petits bassins, pataugeoires, baignoire, etc…) .
  • En dessous de 4 ans, utilisez des auxiliaires de flottaison ( par ex. : manchons).
  • Commencez de façon précoce l’apprentissage de la natation (3-4 ans)

Prévention et vigilances = un été tranquille en toute sécurité